Les bateaux

Venez admirer les bateaux traditionnels tels que :

  stereden Vor, Gwen bleiz, ianthe

Le Galion ANDALOUSIA

Longueur hors-tout : 51 m
Longueur de coque : 38 m
Maître-bau : 10,12 m
Tirant d’eau : 3,40 m
Voilure : 590 m²

Ce galion espagnol est construit au XIVe siècle. C’est Ignacio Fernández Vial qui a conçu ce navire. Son travail a réclamé un long processus de recherches historiques. Ce bateau est une reproduction des galions des flottes de la Nouvelle Espagne, de Tierra Firme et du galion de Manille. Historiquement, ceux-ci ont commercé au cours du XVIIe siècle avec divers ports d’Amérique et d’Asie.

La Junte d’Andalousie et la Fondation Nao Victoria sont les parrains de ce bateau. Celui-ci a également été construit pour rester à côté du pavillon espagnol pendant l’Exposition universelle de 2010 à Shanghai et devenir ainsi ambassadeur de la Communauté Autonome d’Andalousie.

Le navire a également reçu le prix Grand Voilier de la Fédération Espagnole de Voile.

El Galeon est un voilier à trois mâts et sept voiles. La poupe est décorée d’une représentation mariale, l’Esperanza du Triana, dont une réplique se trouve également dans le carré des officiers. Des bois de chêne, d’iroko et de pin composent sa structure.

La GRANDE HERMINE, marine nationale

 

Ce navire fut mis sur cale en 1931, le lancement eut lieu le du chantier naval Fidèle à Marseille où il fut construit sur les plans de Léon Sebille, architecte naval. Il portait alors le nom de La route est belle, une chanson du répertoire du chanteur André Baugé, propriétaire de ce voilier.

En 1957, il devint Ménestrel à l'occasion d'un changement de propriétaire.

En 1959 il est racheté par l'École nationale de la Marine marchande de Saint-Malo et rebaptisé La Grande Hermine, du nom de plusieurs navires de Jacques Cartier.

La Grande Hermine est ensuite achetée en 1963 par la Marine nationale en tant que navire-école et rattachée directement au Centre d'instruction naval de Brest où elle est basée.

En 2000, elle rejoint les trois autres voiliers de l'École navale. Elle sert, comme la Belle Poule, l’Étoile et le Mutin à la formation des élèves du Groupe des écoles du Lanvéoc-Poulmic.

L'ELOISE II

Yawl bermudien dessiné par François Sergent et sorti du chantier de « tonton » Hervé en 1957, Eloise II compte à son actif un palmarès prestigieux acquis au cours des années 60 avec son constructeur-propriétaire.

Entretenu depuis 1967 par la plus ancienne copropriété française de bateau,  le navire continue à participer à des régates en Manche et en Atlantique (avec plus ou moins de bonheur, mais toujours dans la bonne humeur!) et parcourt chaque année entre 2000 et 5000 milles répartis entre navigation côtière et hauturière.

LE  FRANCAIS

 

Un trois mats barque de 47 m.

Construit en 1948 à Svendborg au Danemark par J. Ring-Andersen, l’un des chantiers navals les plus réputés au monde, Kaskelot était à l’origine un navire baltique traditionnel. Dans les années 1960, il a servi de navire de soutien à la pêche dans les îles Féroé. Racheté au Royaume-Uni en 1981, le bateau a ensuite été utilisé dans de nombreuses productions télévisées et cinématographiques, notamment Les trois Mousquetaires, Shackleton et David Copperfield.

Aujourd’hui battant pavillon français, Kaskelot entame sa nouvelle vie : Le Français et son équipage sont basés au cœur de la cité corsaire de Saint-Malo. Disponible pour l’organisation de sorties en mer, tournage de film et autres opérations de relations publiques à quai et en mer, il est l’un des derniers grands voiliers de tradition en Europe.

 

Mil'Pat

Le Michel et Patrick dit le Mil’Pat, est un ancien langoustinier du Guilvinec. C’est un des rares représentants des « malamoks », bateaux de pêche artisanaux et polyvalents construits en Pays Bigouden de 1930 à 1970.

Histoire

Il fut lancé en 1962 pour pratiquer la pêche, essentiellement en mer d’Irlande et dans le Finistère sud. Il avait une coque en chêne, deux mâts de charge et un chalut à potences latérales. Il était équipé d’un moteur Baudouin de 160 ch (lancement à air comprimé) et possédait une cale de 25 m3.
Son immatriculation de pêche était G 8025 puis GV 302652(quartier maritime de Guilvinec).

Désarmé en 1988, il est racheté en 1990 par un club de plongée

Dès 1994, après une refonte totale, il est reclassé en 2e catégorie de plaisance. Il participe aux fêtes maritimes de Douarnenez en 1996.

Restauration

Après une période d’inactivité à Sainte-Marine sur la rivière Odet, il se dégrade très vite. Par un contrat de 15 ans, l’Association fécampoise pour le développement des activités maritimes (AFDAM) l’obtient en exploitation sous promesse de le remettre en état comme voilier de plaisance. En outre, le Michel et Patrick servira en remplacement de la Tante Fine, qui doit être rénovée, pendant la durée du chantier. Il arrive à Fécamp le 7 juillet 2001.

Le port de Fécamp ne disposant plus de slipway, le chantier de restauration s’est déroulé sur le terre-plein du bassin Bérigny. Les travaux de charpenterie de marine furent importants car le bateau était, après expertise, en moins bon état qu’il ne paraissait. Cela fut une attraction appréciée des visiteurs du port.

Le chantier existera pendant 11 ans et aboutira sur un voiler traditionnel en parfait état. L’ancienne cale de pêche a été aménagée en lieu de vie tout confort : cuisine, couchettes, salle de bain, grande table familiale